Votre panier
Recherche
ENGAGEMENTS
Garantie 3 ans*
Satisfait ou
Remboursé
Livraison rapide
en France et à l'international
Frais de port
6€*
en France métropolitaine
Jusqu'à 6x sans frais
à partir de 100€
Moyens de paiement
CB sécurisés
Virement bancaire
SUIVEZ-NOUS !

 

L'HISTOIRE D'OVATION ET ADAMAS

OVATION
Ref. produit : OVA-HIST
0.01 €




L'HISTOIRE D'OVATION ET ADAMAS




Remarque liminaire : on distingue les Ovation avec une table d'harmonie en bois des Adamas avec une table en matériau composite.

---

Dans la vie, rien n'est jamais gagné.

Imaginez-vous jeune lycéen brillant confronté aux choix qui vont déterminer votre vie.

La musique ou les études ?
Pour le jeune Charlie Kaman le choix s'avère cornélien. Ce génie excelle dans deux passions, l'aviation et la musique. Guitariste accompli, une carrière de musicien professionnel s'ouvrirait à lui. Oui mais il adore conduire des avions et aimerait devenir pilote.
Alors quel chemin choisir ?

Quand Tommy Dorsay lui propose une carrière professionnelle en tant que guitariste, lui rêve aussi de devenir pilote professionnel.

Oui, mais voilà, Charlie Kaman est sourd d'une oreille et ses deux rêves vont se briser. Charlie ne sera jamais pilote ni musicien professionnel.

Dans la vie, rien n'est jamais gagné. Mais rien n'est jamais perdu.
Le jeune Charlie ne sera ni pilote ni musicien professionnel.
Il sera plus que cela et réussira l'exploit d'unir ses deux passions malgré le handicap. Il sera le président de la société Kaman et révolutionnera tout simplement le monde de la guitare moderne.

Lors de sa mort, en 2011 survenue à l'âge de 92 ans, Charlie Kaman n'aura jamais réalisé ses deux rêves d'enfant. Mais plus que cela, il aura laissé une trace indélébile dans l'histoire de l'aviation et de la musique !


Bienvenue dans l'histoire d'Ovation.



Car l'histoire d'Ovation, c'est avant tout l'histoire d'un homme, Charlie Kaman.
Ce diplômé brillant va réussir le double exploit de fonder la société qui porte son nom KAMAN, spécialisée dans l'industrie aéronautique tout en développant un département guitare.
De même que certains font un peu de lutherie en amateur, Kaman va "s'amuser" à titiller le monde de la guitare et ses secrets de fabrication ; à part qu'il a avec lui une équipe d'ingénieurs que nul luthier ou fabricant n'a jamais eue et qui va inscrire son nom à côté des Antonio Torres, C.F Martin et autre Léo Fender.

Kaman fabrique des hélicoptères. Cette compagnie est spécialisée dans la construction de machines qu'elle vend notamment à la US NAVY ou à la US AIR FORCE.
C'est une usine réputée qui a pléthore d'innovations et de brevets dans le domaine de l'aéronautique.
Ne vous attendez pas à ne voir que des guitares si vous êtes un jour invité à visiter l'usine. Au contraire, vous mangerez à la cantine probablement à côté d'un pilote, d'un ingénieur en aéronautique ou d'une star de la guitare venue tester le dernier prototype encore en test. Le département guitares ne représente qu'une petite partie du groupe Kaman. Même si au moment où sont écrits ces mots, plus aucune guitare ne sort des usines de Hartford (fermeture par Fender, propriétaire de la marque en avril 2014, pas assez rentable mon fils...)

Motivé !
Quelles sont les motivations qui ont poussé le jeune ingénieur et chef d'entreprise à vouloir se lancer dans la lutherie ?
Plusieurs hypothèses.
Tout simplement la passion d'un guitariste qui en a les moyens.
La volonté de relever un défi de plus. Défi à la fois personnel mais également challenge pour une équipe d'ingénieurs touche à tout.
Moins avouable, la suite d'une étude de marché concernant l'extension du groupe Kaman. Cependant, le département "guitares" ne représente qu'une petite part du chiffre d'affaire du groupe. La motivation n'était sans doute pas financière mais il est préférable de se lancer dans une aventure qui n'est pas déficitaire !
La catharsis d'un homme qui aurait pu embrasser une autre carrière (Charlie Kaman aurait pu devenir guitariste professionnel et joue un temps sous le pseudonyme de Ranger Andy pour un show à la télévision à New Hartford).
On raconte également qu'enthousiasmé par la visite de l'usine Martin, il aurait voulu investir voire racheter la société. Devant le refus de Martin, peut-être a-t-il préféré tout simplement créer que racheter ?
En tous les cas la volonté de Charlie Kaman était bien réelle puisque l'investissement se chiffre en millions de dollars !


Tête du prototype 37 de 1965. Une Martin me semble-t-il


Prototype #7 avec autres dans les locaux du nouvel importateur européen Gewa à Adorf (15/10/2016)
Guitare datant de 1965 et réalisé avec le bois dont on se servait encore à l'époque pour fabriquer les hélicoptères ! C'est dire si Kaman était novateur avec le yrachord.


On cherche à percer le dos de la guitare pour essayer différents barrages (bandes blanches sur l'autre prototype sur l'ouïe droite).


La métamorphose de l'hélicoptère en guitare
Qu'est-ce qui rapproche un hélicoptère d'une guitare ?
Pas grand chose à vrai dire.
Si, on peut noter qu'autrefois les pales d'hélicoptères étaient réalisées en bois laminé ; principalement de l'épicéa Sitka. Comme sur les tables d'harmonie de la plupart des guitares folk. Puis des matériaux composites vont remplacer le bois.
Alors, se dit Charlie Kaman, pourquoi ne pas appliquer cette évolution à la guitare ?

Au niveau des phénomènes vibratoires, l'hélicoptère se situe aux antipodes de la guitare.
Un hélicoptère est une somme de milliers d'éléments soumis à de fortes vibrations qu'il faut atténuer.
Une guitare est une somme d'éléments dont il faut amplifier les vibrations.

C'est cette opposition qui va passionner Kaman et ses ingénieurs. Charlie aurait lui-même lancé : "messieurs, vous avez passé des années à réduire les vibrations. Eh bien, maintenant, vous allez faire l'inverse !"

Des applaudissements à l'Ovation
On se met assidûment au travail. Dès le milieu de l'année 1966 les premiers prototypes sortent des ateliers. Charlie Kaman les teste lui-même. Mais il fait appel à des professionnels à la fois pour tester les instruments et parce que l'endorsement est un excellent moyen de lancer une marque.
Le premier guitariste professionnel appelé s'appelle Josh White, vieux bluesman de légende dont un des premiers modèles porte le nom.


A gauche, un modèle Josh WHite de 1968. A droite, la réédition de 2007.


Notez la matière qui va changer

Le second guitariste célèbre à être approché s'appelle Charlie Byrd. S'écriant enthousiasmé : "Cette guitare mérite une ovation", le nom est resté.


Quel modèle est-ce ?

Mais c'est sans aucun doute Glen Campbell qui va installer le nom d'Ovation en utilisant plusieurs modèles dans son show télévisé hebdomadaire pendant quatre ans.

Dire que le succès fut tout de suite au rendez-vous serait mentir. Le marché de la guitare est assez "traditionaliste". Les nouveautés font un peu peur aux fournisseurs qui ne cherchent pas à les proposer aux magasins.
Et il y a une réticence à voir une guitare qui n'est pas entièrement fabriquée en bois.
Une réticence qui a la vie dure car même après environ une cinquantaine d'années il est parfois possible de voir certains se méfier d'une guitare "pas comme les autres"...

Il faut attendre encore quelques années pour que le succès soit au rendez-vous. En France, Marcel Dadi va promouvoir la marque grâce à sa rubrique et ses deux magasins situés à Pigalle et tenus par ses parents vont être un lieu incontournable pour l'amateur éclairé. Certains se souviennent encore avoir vu Marcel Dadi faire le vendeur !
La nouvelle façon de jouer de Dadi se marie bien avec cette nouvelle façon de fabriquer des guitares.
Les Français vont donc adopter à la fois le style Dadi et la marque Ovation/Adamas.


Piezo or not piezo ?
Une autre des principales contributions de Kaman, c'est l'amplification de la guitare acoustique.
Le problème étant de réduire au maximum les vibrations pour ne pas avoir de larsen engendré par les micros traditionnels. Car une guitare acoustique peut entrer en vibration à cause de la pression acoustique. Vous avez sans doute déjà eu le tour en approchant de trop près votre guitare de l'ampli. La guitare se met à vibrer et un feedback vous oblige à intervenir de suite.
A ce propos, même si nous sortons du sujet, n'oubliez pas que la puissance de votre ampli acoustique est tributaire de la pression acoustique de votre guitare électro. Cela ne sert à rien d'acheter un ampli acoustique de 100 watts si la pression acoustique de votre pièce ne tolèrera que 20 watts... Il vaut mieux un bon ampli acoustique de 20 watts si on joue chez soi qu'un ampli de 100 watts qui va "larséner" dès qu'on dépasse le 1 du volume !

Ce souci d'amplification des vibrations, Kaman le connaît bien avec l'utilisation du piezo. Pour assurer l'équilibre d'un hélicoptère des capteurs piezo sont placés sur la carlingue. Car l'amplification des vibrations sur un hélicoptère peut entraîner un déséquilibre et faire littéralement exploser l'appareil.
Impossible de piloter un hélicoptère s'il y a des vibrations. Le corps humain n'y résiste pas. Pire, si l'ensemble se met à entrer en vibration, l'hélicoptère risque de se disloquer. Enfin, un hélicoptère étant constitué de milliers de pièces et de vis, il est difficilement concevable à chaque vol de resserrer tous les boulons !
Kaman va déplacer les qualités du piezo à la guitare.
L'entreprise va vouloir amplifier le son du capteur piezo. Les cristaux de piezo vont générer un courant électrique s'ils sont placés près d'une source de vibration. Il suffit donc de transformer le signal en son. Ce qui est le principe du micro. Ce signal, faible, va devoir être amélioré, ce qui est le travail d'un pré-ampli. On va donc retrouver sur les Ovation et Adamas le couple capteur piezo/pré-almpli,
Ne pas oublier aussi que le principe d'une guitare acoustique est de faire vibrer une table d'harmonie qui sert en quelque sort de filtre et que le corps va amplifier.
Le plus important est donc de se servir des vibrations de la table d'harmonie pour obtenir le son de la guitare. A ce propos, on remarquera qu'actuellement aucun système ne propose d'utiliser les vibrations des côtés ou du fonds pour amplifier le son... Peut-être la prochaine étape ?
En tous les cas, Ovation résout la majeure partie des problèmes de la guitare acoustique amplifiée.
- Moins de vibrations, et des petits trous (soudholes) pour faire sortir le son. L'abandon de la rosace traditionnelle diminue fortement le larsen.
- L'optimisation de la vibration de la table par le Lyrachord est idéale pour la captation par le piezo.
 La première guitare qui sera équipé de ce système est la Balladeer en 1970. Elle sera suivie de beaucoup d'autres et l'utilisation du piezo est devenue aujourd'hui courante.

In-Ovation


Le signe distinctif d'une Ovation ou d'une Adamas, c'est sa forme, notamment sa caisse arrondie. La guitare traditionnelle a toujours véhiculé des problèmes inhérents à sa forme et à sa construction : le dos plat et les éclisses, assemblés par le système barrage/contre-éclisse forment un angle qui emprisonne une partie du son. De plus, le bois ne retransmet pas intégralement les vibrations qui lui sont transmises.
Charlie Kaman réunit alors ses connaissances pour mettre au point un matériau synthétique capable  d'atténuer les défauts de la guitare.
Ajoutons à cela que dans la seconde moitié des années 60, certains bois de lutherie commençaient à manquer. L'exemple le plus emblématique étant le palissandre de Rio.
La fibre de verre possède des qualités de résonance proche du bois avec l’avantage de ne pas se déformer, de ne pas se fendre et d'être insensible aux légères variations de températures ou d'humidité.
Le lyrachord que l'on trouve sur les guitares Ovation et Adamas est donc issu des travaux des ingénieurs sur les pales d'hélicoptère et les nez de missile.
Le matériau choisi, reste à définir la forme. C'est là où l'expérience des ingénieurs va faire la différence. Car la caisse de résonance doit permettre la suppression de tout obstacle au déplacement du son et sa restitution intégrale.
Le "Rounback" design naquit ainsi. Depuis 1983, il se décline en deux profondeurs de caisse : deep bowl (profond) et super shallow bowl (plus étroite).
La caisse arrondie gênera parfois les musiciens qui ont le ventre rond. C'est pourquoi Ovation va travailler sur l'ergonomie de la caisse que l'on trouve maintenant.


Quand votre public vieillit et prend de l'embonpoint, sculptez le dos !

Sur cette Ovation Collector 2007, on voit nettement la forme travaillée du dos.

Les ondes sonores ne sont plus altérées dans les angles et leurs déplacements facilités par une surface lisse et hautement réflective qui les poussent littéralement vers l'extérieur. Le résultat est un son clair, distinct, équilibré, d'une grande richesse sonore et d'une puissance étonnante.
En 18 mois plus de 70 projets furent matérialisés par des prototypes testés et comparés.
Au milieu de l'année 66, les tests étaient concluants.
La forme semi-parabolique va se révéler la plus performante. Signalons au passage qu'Ovation consacra des milliers d'heures d'étude, un million de dollars, amassa la collection de guitares passées au crible (l'équipe va passer au scanner les plus grands modèles pour les étudier) la plus importante au monde pour en arriver à une forme ancestrale, celle du luth, dont le dos était de forme arrondie et taillé en un bloc ! Comme quoi le progrès technique nous rapproche de nos ancêtres parfois.

Un mot sur le Lyrachord

Le lyrachord est une fibre silicone omnidirectionnelle alliée à des résines.
Nécessitant deux années de travail, il est acoustiquement et structurellement supérieur au bois :
- Impossible en effet d'obtenir la forme désirée avec du bois. Les renforts nécessaires à la construction se révélant des obstacles à la bonne diffusion du son.
- Le bois doit vibrer pour amplifier le son. Pour optimiser les vibrations, il doit être fin, donc fragile.
- Le son est mieux réfléchi par une surface lisse or le bois est poreux.
- La structure cellulaire du bois et les huiles naturelles qu'il contient varient considérablement. Non seulement à l'intérieur d'un même modèle mais également d'un instrument à un autre. Les variations de densité rendent difficile la définition de caractéristiques vibratoires constantes.
Le lyrachord est moulé par compression à une température de 350°C. Libre de barrage, il ne peut craquer et présente une surface dense, réflectrice et largement supérieure au bois. Sa composition organique étant invariable, le son est idéal et identique pour chaque modèle.
C'est une force incontestable. Et une faiblesse pour certains qui veulent de leur guitare un son unique.
Néanmoins, si le dos présente une constante, la table en bois varie pour chaque modèle.


Le lyrachord est grainé à l'extérieur pour une meilleure adhérence
Le filet sert à masquer la jonction table/Lyrachord.
L'épaulette ici en noyer est incrusté au laser et fait corps avec la table


La table en harmonie

Plusieurs fois par an, Ovation visite les régions boisées du Nord-Ouest de l'Amérique pour sélectionner les arbres qui donneront naissance aux tables d'harmonie des Ovation.
Les bois sont séchés pendant une période variant de 6 mois à un an.
Les toutes premières Ovation possédaient une table d'harmonie en trois parties et leur table était taillé dans le même épicéa servant à fabriquer les pales d'hélicoptères.
Par la suite elles sont appareillées ("book-matched"), c'est-à-dire taillées dans une pièce de bois fendue en deux et ouverte comme dans un livre.
Plusieurs catégories de bois classés selon la nomenclature AAA, AA, A (plus de A il y a meilleure est la qualité) viennent orner les modèles. Les Custom Legend vont ainsi recevoir les plus beaux bois.
Chaque table est amincie du manche (3,5mm) vers le chevalet (2,5mm) afin de lui permettre de vibrer le mieux aux bons endroits.
Toujours à la pointe de la technologie, Ovation propose certaines tables en trois couches. Trois couches du même bois sont assemblées à chaud, sous haute pression. Ceci afin d'augmenter les qualités vibratoires.
La rosace est légèrement surélevée, ce qui permet d'éviter la plaque de protection. Choix encore une fois guidé par l'idée de faire vibrer la plus grande partie de l'instrument (la plaque de protection gêne la vibration).


Sur cette Al Di Meola, l'épaulette est incrustée dans la table. Pas moins de 177 morceaux d'abalone sont nécessaires pour le biding. Réalisée à la main, l'opératrice s'aide d'un séchoir à main pour les échancrures. Elle réalise 12 filets par jour en moyenne.

Le manche

Il existe trois configurations de manches. Les entrées de gamme ont un manche en une pièce fixé au talon par collage. Les milieux de gamme ont un manche en deux parties fixé par écrous. Les haut de gamme (sauf Adamas I) sont en cinq pièces et fixés par écrous.
La tête fait un angle de sept degrés avec l'axe du manche, ceci afin de diminuer le risque de cassure des cordes au niveau du sillet.





Les épaulettes

Sont présentes sur certains modèles de la gamme et remplacent la rosace. Différentes essences de bois la composent : teck de Birmanie, palissandre indien, érable moucheté, amarante d'Amérique du Nord, padouk, Sapelli, noyer brun.
Certains modèles possèdent des épaulettes incrustées.
Un fine lamelle de bouleau placé à l'intérieur de la caisse sert de contrefort.
Avec le temps, les épaulettes ont évolué. En ce qui concerne le nombre des essences de bois, celles-ci ont diminué et le travail simplifié.
La tendance est d'incruster les épaulettes dans la table pour que l'ensemble vibre à l'unisson.
NB : Seuls les premiers modèles possédaient une seule épaulette à gauche. Tous les autres modèles possèdent une épaulette à gauche et une demi-épaulette à droite. A l'exception des modèles conçus pour Marcel Dadi qui possèdent deux épaulettes intégrales.
En ce qui concerne Marcel Dadi et Ovation/Adamas, je ne saurais trop vous conseiller l'article de Dominique Filhon sur le lien suivant :
http://www.marceldadi.com/html/adamas.htm



Sur cette Ovation LX récente on voit que le travail des épaulettes s'est simplifié.
Soyons rentables !


Sur cette Collector 1990, les épaulettes sont bien plus travaillées.
C'était mieux avant !


Détail de l'épaulette



L'Adamas I possédait deux épaulettes (pas de demi)


Pas de demi épaulette pour Marcel Dadi

Le chevalet

N'est pas simplement collé, il la pénètre pour faire corps avec. La table étant légèrement creusée.
Le chevalet Ovation est en noyer. Le choix de ce bois fait suite à de nombreuses études mettant en évidence sa supériorité sur l'ébène et le palissandre. Il a été conçu afin d'éviter les chevilles. Cela évite la cassure des cordes et optimise l'angle de la boucle avec le sillet de chevalet.

L'électronique

A bien évolué depuis maintenant près de cinquante ans. Les six cristaux piezo du début ont laissé place à l'électronique moderne et il est maintenant possible avec l'IDEA de jouer de la guitare avec son ordinateur, de s'enregistrer, de jouer sur ses propres loops ou de s'écouter au casque.
Ovation permet même de changer de pré-ampli avec une forme identique. Il suffit d'acquérir le pré-ampli de le mettre à la place de l'ancien en quelques secondes.


L'OP24 : 1 volume, une équalisation 3 bandes et un indicateur de pile



A signaler que les vernis sont en uréthane. Même si certains modèles bénéficient des nouveaux vernis satinés ou "oil finish".

ADAMAS

Le nom d'Adamas signifie "diamant" en latin. Le rapport entre le diamant (cristallisation de carbone) et la fibre de carbone de ces guitares donna les baptisa définitivement.

Au contraire des Ovation, les Adamas possèdent une table en carbone, des épaulettes au lieu de rosace.

L'histoire d'Adamas commence en 1972. Les ingénieurs rêvent de la guitare parfaite.
Leurs connaissances sur les fibres de graphite les emmènent à souhaiter une table de cette matière supérieure au bois.
La table mise au point par les ingénieurs a une densité supérieure au titanium, est dur comme de l'acier et pèse moitié moins que l’aluminium. Ce résultat est obtenu à partir de fibres organiques portées à 400° dans une atmosphère purgée assez longtemps pour éliminer tous les composants non organiques (traitement par oxydation partielle). Le matériau obtenu est alors élevé à des températures variant de 1.900 à 2.600°C sous atmosphère inerte, pendant plusieurs semaines jusqu'à ce que les conditions requises pour le développement d'une forme cristalline du carbone soient satisfaisantes. Les fibres émergent avec une structure bien orientée qui leur procure une résistance aux très fortes tensions. Les fibres sont ensuite couchées dans une résine pour former le matériau de base (appelé Fibronic). La structure finale consiste en deux épaisseurs de graphite de carbone (2/10 mm chacune) prenant en sandwich une mince feuille de bouleau (favorisant les harmoniques) de 8/10mm. Avec une épaisseur de seulement 1mm, la solidité de la table est plusieurs fois supérieure à celle d'une table en épicéa massif AAA tout en étant plus flexible de 25%.
Les épaulettes remplacent la rosace. Plusieurs types ont été proposés.
Ces épaulettes permettent d'agrandir la taille de la table pour inventer un système de barrage acoustique directionnel. Le barrage de table n'est plus là pour consolider la table mais pour amener le son vers les épaulettes. C'est pourquoi on est surpris par le volume sonore qui sort de ces petits trous (onze à l'origine dans les modèles commercialisés).










L'ADAMAS I a été une véritable révolution dans le domaine de la guitare électro-acoustique.
Vingt-six prototypes sont sorties d'usine. Certains ont été offerts aux artistes ayant directement participé au projet : Glenn Campbell (prototype n°27), Jim Messina (n°32) et Marcel Dadi (n°37).
A signaler que 'Ovation a sorti énormément de prototypes et qu'il n'est donc pas rare d'en trouver à vendre. Une recherche sur le Net vous le montrera.
L'Adamas Deluxe, en bleue avec ses incrustations boisées sur le manche et sur la tête, a fait rêver toute une génération de guitaristes (dont je fais partie).
C'est un standard qui est récemment ressorti par la firme.



Une histoire de gros sous et de fonds de pension américain...
Le fonds de pension et d'investissement Musical Fender Corporation rachète Ovation/Adamas. Malheureusement si "Fender" est inscrit dans le nom de
cette "world compagny", l'esprit novateur du fondateur Leo est bel et bien mort au détriment du seul profit des actionnaires.
La segmentation de Fender est proprement étudiée :
- Haut de gamme, Guild
- Moyen gamme, Ovation et Tacoma
- Bas de gamme Squier/Fender

Résultat : fermeture de l'usine historique de Hartord aux Etats-Unis le 22 avril 2014. Pas assez rentable !
On déménage les deux principales machines des tables d'harmonie chez Guild.
La production historique des guitares Ovation/Adamas n'était plus.
La marque -pendant la période F. Musical Corporation (ne salissons pas le nom de Leo en l'écrivant) s'est contentée de vendre des modèles qui ont fait leurs preuves. Mais l'esprit novateur appartenait bel est bien
au passé.
La qualité des instruments n'était plus une priorité et cela s'est ressenti. Fender ne faisant plus ni effort ni publicité pour la marque, les ventes ont chuté.

La volonté politique et monétaire du fond de pension Fender Corporation a privé bon nombre de guitaristes des merveilleuses trouvailles et a brisé net l'âme novatrice d'Ovation. Il est loin pour ceux et celles qui aiment la marque le temps où on attendait avec impatience le modèle Collector qui amenait toujours une avancée technologique...
Fender n'aurait d'ailleurs jamais dû racheter Kaman et Ovation.
Alors forcément pour Ovation qui est une marque qui va toujours de l'avant, s'appuyer sur des modèles phares anciens était une gageure, un défi... que Fender n'aura pas su relever.

Heureusement et un peu à la surprise générale, le fonds de pension se débarrassa -céda, veux-je dire- de Kaman début 2015.
C'est DW Workshop, bien connu dans le monde de la batterie haut de gamme qui racheta la branche.
Conséquence, en France, c'est GEWA, société allemande qui se charge de distribuer la marque Ovation.


N'est-ce pas un pari de fous de relancer la production ?

Le 15 octobre 2016 j'eus une conversation passionnante avec  Uwe Pruessner, consultant et chez de projet chez Gewa et qui avait longtemps travaillé avec Ovation.
Il me raconte passionnément comment les choses se sont passées.
- DW en rachetant le "pack Kaman" se retrouve avec Ovation et quelle n'est pas la surprise de voir qu'il y a le site de Hartford. Par conséquent, Uwe arrive avec la direction de DW sur les lieux pour voir exactement ce qu'ils vont découvrir. Car ils ne savent absolument pas ce que cachent les lieux.
En entrant, toutes les machines moins les deux qui avaient été déménagées pour l'usine de fabrication des Guild étaient là, recouvertes d'un drap. Comme si la production s'était arrêtée la veille. Tout était en parfait état de fonctionnement. A l'étage, les anciennes machines et prototypes.
Grand moment d'émotion pour Uwe d'entrer dans cette usine chargée d'histoire. Sur ses épaules reposaient en partie l'héritage de Charlie Kaman.
- Que va-t-on faire maintenant de cette usine UWE ?
- Nous allons bientôt être en 2016, soit 50 ans après le début de la production. Pourquoi ne pas célébrer les cinquante ans d'Ovation ?
Il fallait par conséquent retrouver les ouvriers et luthiers seuls capables de maîtriser rapidement les machines et relancer la production.
Il n'y en avait que trois ! On retrouva donc aux alentours les anciens et on embaucha pour être au total 17 personnes.
Mais les normes avaient changé depuis l'arrêt des machines. Il fallut remettre l'usine aux normes et de nouveau investir.
La fabrication serait donc plus onéreuse que par le passé et cela devenait un pari risqué.

Le choix se porta donc sur les formes traditionnelles des guitares Ovation et Adamas. Et pour montrer le savoir-faire de la marque, on en profita pour montrer qu'on pourrait réaliser les filets les plus beaux, mettre des feuilles d'or et sélectionner les meilleurs matériaux.
Tête ajourée, cèdre, épicéa et carbone pour les tables. Jonction lyrachrod/table réalisée à la main, frettes Evo Gold, mécaniques historiques Schaller série MK, pré-ampli exceptionnel, les premières guitares sorties de l'atelier firent l'unanimité. A part le prix qui fut forcément élevé puisqu'il s'agit quasiment de guitares de luthier avec toute l'attention que peut porter une équipe de dix-sept personnes à la fabrication de ces six modèles.



Une vidéo sur l'évènement en anglais



Les premières Adamas et Ovation US sortent en mars 2016.
Il s'agit de la série 40ème anniversaire pour ADAMAS
Et la 50ème anniversaire pour Ovation
La sortie se fait progressivement par "lots" de 25 exemplaires.
25 exemplaires numérotés avec US pour le marché américain
25 exemplaires numérotés avec la lettre E pour Europe
25 exemplaires numérotés avec la lettre J pour Japon
25 exemplaires numérotés avec la lettre R pour Reste du monde

Les guitares n°1 sont la propriété de Gewa l'importateur européen. Impossible de les soudoyer ! Ils les gardent


Essai de la N°1E sur le modèle 2077 dans les locaux de Gewa


L'esprit des premières Adamas avec le barrage aux ouïe ici en laiton. La table bien entendu en carbone. Seul modèle purement acoustique avec un manche un chouïa plus large de 44mm.


Et l'avenir ?
L'avenir D'Ovation repose avant tout sur la génération des guitaristes qui ont connu la marque. Car celle-ci délaissée par les jeunes qui ne la connaissent pas est en position de renaissance. A cet égard, c'est le phénix qui est gravé sur la touche des modèles US.
Les ventes vont donc déterminer le futur.
Pour l'instant (octobre 2016), les recherches sont en cours.
On a vu surgir au NAMM de 2016 la Viper s'inspirant quelque peu des séries T de Taylor. Combinaison d'une électrique et d'une acoustique.
Mais il s'agit d'un prototype afin de tester les réactions qui ne laissent pas présager d'une fabrication en production.
Le guitariste étant par essence "réactionnaire", il veut d'abord quelque chose de classique.
Il est donc vraisemblable de voir fabriquer les guitares de prestige qui ont fait la réputation d'Ovation. Une Adamas I est prévue au NAMM 2017.
On a vu sur le site américain quelques modèles pendant plusieurs jours annonçant la sortie de trois Adamas et des modèles signature US de Melissa Etheridge, Kaki King et Al Di Meola. Tout a disparu. Les Américains aimant lancer des fausses infos pour simplement voir les réactions.
De la conversation que j'ai eue avec UWe, Kaki King et Melissa, c'est dans la poche. Elles sont contentes de toucher un petit peu de sous pour leurs modèles signature. Mais pour Al Di Meola, c'est une autre paire de manche. Refroidi par le traitement pendant la période Fender, les négociations sont en cours...

On espère donc que la production repartira de plus belle dans les prochaines années.

J'avais douze ans quand je suis rentré avec mon papa dans le magasin de Dadi et que sa maman nous a vendu une Celebrity. 3.000 francs à l'époque !

Lien : http://www.ovationguitars.com/guitars/viper/adamas




A suivre...
------------------------

Pour cet article, je me suis aidé du supplément de "Guitare et Claviers" rédigé par Marcel Dadi qui doit dater de 1992.
Je vous invite à jeter un coup d'oeil et même deux sur le site de Marcel Dadi dont j'ai fait un renvoi plus haut.
Enfin, ne manquez pas de vous rendre sur le site officiel ou sur le site Ovation tribute dont voici le lien :
http://www.ovationtribute.com/

J'espère que vous avez pris autant de plaisir à lire cet article que moi à le rédiger. Pardonnez-moi s'il y a des erreurs. Et n'hésitez pas à me les communiquer afin que je les corrige. Egalement, n'hésitez pas à me faire part d'anecdotes ou d'ajouts que je pourrais mettre ici. Car l'état d'esprit est de prendre du plaisir tout en s'informant.

David Farasse




Nos accessoires et services
Sélectionnez les articles que vous désirez ajouter à votre commande en même temps que l'article actuellement affiché.
EMMA MUSIC - 20 Rue de Sainte-Olle - 59400 Cambrai - Téléphone : 03 27 30 99 67
Emma Music © tous droits réservés
Site réalisé avec PowerBoutique - creation de site internet