Votre panier
Recherche
ENGAGEMENTS
Garantie 3 ans*
Satisfait ou
Remboursé
Livraison rapide
en France et à l'international
Frais de port
6€*
en France métropolitaine
Jusqu'à 6x sans frais
à partir de 100€
Moyens de paiement
CB sécurisés
Virement bancaire
SUIVEZ-NOUS !

 

REGLER SON TUNOMATIC

GIBSON
Ref. produit : 1-EMM-REG-TUNO
0.01 €



ARTICLE D'AIDE

BIEN REGLER SON CHEVALET TUNOMATIC


TunoMatic sur une Gibson Dove

1) Vérifions tout d'abord si notre chevalet Tunomatic est bien placé.
Nous allons nous aider d'une vidéo de Stewart Mac Donald pour avoir un visuel.
Voici le lien :
http://youtu.be/YYJIXdlOg-o

Pour cette vérification, vous avez besoin d'une règle, d'un morceau de scotch et d'un feutre.

Allongez votre guitare.
Prenez votre règle (ou un réglet si possible) et placez-la en collant l'extrémité contre le sillet de tête.

Nous allons faire une marque au milieu de la douzième frette.
Pour ce faire, nous collons un morceau de scotch au niveau de la zone de la douzième case.
Nous marquons avec le feutre le milieu de la douzième case (0:56 sur la vidéo) et mettons une marque à environ 5mm en dessous.


Plaçons maintenant le réglet au niveau de la douzième case. L'extrémité venant buter sur la douzième frette comme si c'était maintenant le sillet.
La marque que vous avez faite 5mm en dessous du trait du milieu de la douzième case indique où doivent être placés les pontets.
Si c'est le cas, la guitare est bien conçue.
Si ce n'est pas le cas, il vaut mieux se rendre chez son luthier ou contacter le fabricant.


Sur cette photo, on voit clairement que le chevalet n'est pas parallèle au micro pour ajuster le radius.

2) Vérifions que notre couple cordier/Chevalet est bien réglé.
Le chevalet est plus haut que le cordier. Mais l'angle ne doit pas être trop important au risque de dérégler la guitare et de casser des cordes !
Une règle intangible : les cordes doivent reposer sur les pontets du tunomatic et en aucun cas ne doivent toucher le bord du chevalet !
Si vous cassez vos cordes au niveau de cette partie, c'est que votre pontet (ou les six) est mal taillé. Une partie saillante cisaille la corde. Il faut alors limer le sillon ou changer les pontets.
Les chevalets à rouleau sont la meilleure solution quand on ne veut pas s'embêter !


Ce joueur a trop relevé son cordier. De fait, les cordes viennent reposer sur le bord du chevalet comme le montre la flèche verte. Il sera maudit jusqu'à la neuvième génération et son corps ne traversera jamais le Styx...


3) Assurons-nous que notre Tunomatic ne sourit pas...
La plupart des chevalets Tunomatic sont fabriqués avec du zinc. Un matériau un peu moins dur que l'acier.
Avec la pression exercée par les cordes au fil du temps et parfois de la paume de la main qui vient s'appuyer sur le chevalet, le chevalet Tunomatic a tendance à s'affaisser. Il n'est plus parfaitement droit et devient concave. Il donne l'impression de sourire !
Pas d'autre solution d'en acheter un parfaitement plat.


En plaçant une règle sur le chevalet on s'aperçoit qu'il sourit ! Il n'est plus droit.
Ecrasé par le poids du temps, harassé par le musicien, persécuté par les coups, il est en fin de vie...


Y sourit l'vieux con ? Ben y sourira moins quand y finira à la poubelle... (Bernard Blier dans les Tontons riffeurs)


4) Réglons la justesse de notre tunomatic.
C'est une étape assez simple mais qui demande de la patience.
Nous avons juste besoin d'un tournevis pour tourner les pontets et d'un accordeur.

L'idée est tout simplement de comparer la corde à vide et la corde à la douzième case pour vérifier si elles sonnent de la même façon.
Nous allons donner deux façons. La première est celles que l'on trouve un peu partout et que font les luthiers. La deuxième est plus personnelle et s'adresse aux musiciens expérimentés.


Première étape : on accorde à l'aide de son accordeur pour être parfaitement juste. Ne prenez pas des cordes totalement neuves car elles se désaccordent au début.
Veillez à vérifier régulièrement que les cordes sont parfaitement justes car si vous touchez à un pontet il est possible que certaines cordes bougent.



Deuxième étape  :
Celle des luthiers. On compare la corde à vide avec l'harmonique de la douzième case.
On effleure avec son doigt la douzième case au milieu et on pince la corde pour avoir l'harmonique. Et on regarde son accordeur.
Si la flèche de l'accordeur est au milieu pour la corde à vide et pour l'harmonique à la douzième case, c'est bon, le pontet est parfaitement réglé.

Si la note est trop aigüe (la flèche de l'accordeur est à droite), cela signifie que la longueur du diapason est trop courte.
A l'aide de notre tournevis on va donc augmenter la longueur du diapason en descendant le pontet.

Si la note est trop grave (la flèche de l'accordeur est à gauche), cela signifie que la longueur de la corde est trop longue.
On va donc réduire cette longueur grâce à notre tournevis. On remonte un peu le pontet.


Ce chevalet est l'exemple typique de ce que l'on a sur des guitares neuves non réglées.
Les six pontets se présentent sous la forme de deux groupes de trois pontets légèrement décalés.
Si vous avez cela sur votre guitare, réglez-la car elle ne l'est pas !


Etape pour musiciens expérimentés.
Avec l'âge (ou l'expérience), certains musiciens ont pris l'habitude de jouer sans accordeur. Ils connaissent tellement leur instrument qu'ils ont inconsciemment adapté leur jeu à ses spécificités
.
Autrement dit, leur guitare n'est pas parfaitement juste mais la pression musculaire qu'ils exercent corrigent ses imperfections.
Je m'explique mieux : remarquez que si vous appuyez sur une case, la note va varier selon la pression que vous exercez sur cette case.
Ainsi un débutant ne va pas maîtriser sa pression et une guitare parfaitement accordée peut sonner faux dans ses mains.
Mais un musicien expérimenté va apprendre à trouver la bonne pression sur les cases pour être juste.
La guitare est par essence un instrument faux. L'exemple le plus célèbre est la corde de Si à laquelle il manque un coma (rappelons qu un demi-ton = une case de guitare, est divisé en neuf comas). Mais le musicien compense ce coma par la pression qu'il exerce. Il faut aussi avouer que les frettes aident considérablement le guitariste en lui donnant quasiment la note juste.

Quoiqu'il en soit, si vous avez vingt ou trente d'expérience à la guitare, que vous êtes allé faire régler votre guitare chez le luthier (cela fait dix ans que vous deviez le faire !) et que vous trouvez qu'il est nul et qu'il vous a tout déréglé. Non, ce n'est pas vrai.
Tout simplement vous avez adapté votre musculature à votre instrument et vous n'êtes plus forcément bien accordé (en plus vous vous passez d'accordeur bon pour les débutants !).
Par conséquent, réglez vos pontets non pas en jouant une harmonique à la douzième case mais en exerçant directement une pression par vos doigts. Mais forcez-vous à comparer ce son avec un accordeur pour être juste. Vous aurez ainsi réglé votre guitare à votre jeu et cette étape vous aidera à revenir à un accordage plus juste.
Pensez aussi à utiliser plus fréquemment un accordeur afin d'avoir un instrument de plus en plus juste.


Etape ultime pour avoir une guitare parfaitement juste, les frettes compensées que l'on trouve sur certains modèles VGS de série.

5) Y-a-t-il des Tunomatic à recommander ?
- Le Tunomatic original dit ABR-1 est l'ancêtre de ce genre de chevalet.
Les pontets sont retenus par un fil d'acier.
Il est plutôt réservé aux collectionneurs car il est dépassé de conception.
C'est celui qui est fait à base de zinc et qui s'affaisse au fil du temps.
Assez fin, il comporte moins de matière. Il est donc plus léger mais sa faible densité lui fait perdre un peu de sustain.

- Le Nashville est celui qui remplace l'ABR-1 et corrige ses défauts.
Il est plus large, la course de la vis de réglage du pontet est donc plus longue (14mm au lieu de 11mm) et permet un accordage plus précis.
Sa densité plus importante augmente le sustain. Il est également plus solide.
Il n'y a plus le fil en acier retenant les pontets (parfois des clips)

- Les chevalets de la marque Tonepros essaient de garder le look des Tunomatic ABR-1 et Nashville en leur apportant certaines modifications. Par exemple, on peut les visser sur leurs axes.

- Les chevalets allemands des marques Schaller et ABM sont ceux qui possèdent le meilleur alliage de métaux.
ABM est le plus cher mais le meilleur. Le 2300 est excellent. On peut régler les pontets en longueur, en hauteur et en largeur.
Schaller et sa série STM sont assez similaires au chevalet ABM. La conception spécifique à Schaller lui confère robustesse et justesse. A un meilleur prix qu'ABM.


ABM 2300 chrome. Un des meilleurs chevalets.


Schaller série STM assez similaire à l'ABM 2300 au niveau des pontets

- Gotoh perpétue la tradition en proposant des chevalets traditionnels.


Gotoh Nashville finition dorée

- SUNG IL, spécialiste coréen de pièces détachées fabriquées en Chine fournit pas mal de marques. Si vous avez une guitare électrique, vous avez sûrement une pièce fabriquée par la marque sur votre guitare. Oui oui même sur des guitares made in USA !


Le chevalet le plus utilisé au monde !

- S'il n'y a aucune marque, ce sont souvent des marques chinoises. Les matériaux qui le composent répondent à la quête économique du moins cher possible. Ils conviennent pour un débutant qui joue à la maison. Mais restent du consommable et devront être changés. Pensez-y quand vous achetez un instrument d'occasion.


.
.

.




EMMA MUSIC - 20 Rue de Sainte-Olle - 59400 Cambrai - Téléphone : 03 27 30 99 67
Emma Music © tous droits réservés
Site réalisé avec PowerBoutique - creation de site internet